Les tapis

  • Coloré et graphique, ce tapis habille à lui seul la pièce

  • Les tapis à poils longs confèrent un aspect chaleureux à la pièce

  • L'utilisation d'un tapis en peau de vache en tant qu'élément de décoration intérieure est une question de goût personnel

  • Un tapis design style chic écolo

  • Le tapis d'orient peut très bien se marier avec une déco contemporaine

  • Dans cette chambre de petite fille, les tapis sont en totale harmonie, couleurs assorties à la déco et forme arrondie qui rappelle la boule japonaise du plafond

Un beau tapis peut suffire à animer une atmosphère

Le saviez-vous?

Un tapis d’Orient de qualité courante comporte entre 100 000 et 150 000 nœuds au mètre carré. Un tapis de soie de très belle qualité peut présenter jusqu’à 1 000000 de nœuds au mètre carré.
Ce sont les nomades des pays d’Orient qui ont inventé une technique qui a traversé les siècles sans subir de réelles modifications dans son principe même: il s agit de nouer des fils de couleurs sur une chaîne tendue verticalement de façon à créer un dessin. Les tapis habillent les sols et participent pour une grande part à la décoration et au confort des habitations. Un seul beau tapis peut suffire à animer une atmosphère neutre.
Choisissez les en fonction de votre budget. du mobilier à mettre en valeur, ou de la surface de la pièce.
Un tapis de prix ne s’achète pas à la légère. Si vous souhaitez acquérir un tapis d’Orient par exemple, vous pourrez l’essayer chez vous, en donnant des garanties au commerçant. C’est en le voyant pendant quelques jours dans votre pièce que vous saurez s’il s’harmonise avec l’ensemble de votre décor, si sa couleur dominante n’est pas trop forte par rapport à celle de votre canapé ou de vos murs. etc.

Les tapis d’orient

Ce sont ceux qui proviennent de Turquie. Iran, U. R.S.S., Afghanistan, Pakistan. Inde, ou qui y sont rattachés en raison de leur principe de fabrication (Chine et Europe centrale). Bien qu’il existe quelques tapis tissés, comme les « Kilims » et les « Soumaks ». l’essentiel de la production est constitué de tapis noués. Ils sont très différents d’une région à l’autre par les couleurs et les dessins.
Les tapis de Téhéran, d’Ispahan et de Kerman ont un riche décor végétal ou animalier, ils représentent même parfois des personnages. Par contre, ceux de Tabriz, de Hamadan et du Caucase ont des motifs très stylisés, voire géométriques.
Ceux de Turquie sont des tapis de prière. Vous pourrez reconnaître l’origine des différents tapis en observant leurs teintes et leurs motifs.
Sont considérés comme anciens les tapis antérieurs à 1870.
Ceux qui sont exécutés actuellement, en reprenant les mêmes motifs., sont des copies; leur prix., relativement élevé, puisque chaque tapis est entièrement fait à la main, est fonction de leur lieu de fabrication, de la qualité des matières (laine, soie), de la finesse des nœuds.
Si vous décidez d’acheter un tapis d’Orient neuf, observez ces quelques points

  • le velours, les lisières, les extrémités (chefs) du tapis ainsi que les franges doivent être en bon état.
  • le tapis ne doit pas présenter d’ondulations.
  • faites attention aux décolorations qui peuvent provenir de taches diverses. En revanche, le changement de couleur (velours plus clair que la base du nœud) n’est pas un défaut mais une particularité du tapis d’Orient due au lavage et à l’exposition du tapis au soleil.
  • le nœud doit être fin.
  • préférez un tapis noué au nœud turc, il est plus solide : pour le reconnaître. pliez le tapis dans le sens de la longueur : la surface veloutée s’ouvre tous les deux fils ce chaîne puisque le brin de laine est enroulé autour de deux fils à la fois.
  • Le nœud persan, lui, est enroulé autour d’un seul fil de chaîne,
  • Ne secouez pas vos tapis, ne les battez pas avec un bâton, mais tapotez-les plutôt avec une batte en osier,
  • tous les cinq ans, faites-les nettoyer par un spécialiste.
  • n’ayez pas peur de marcher dessus, ils sont prévus pour cet usage, et cela évitera aux indésirables mites d’y élire domicile.
  • ne pliez jamais un tapis., roulez-le.
  • Les tapis de prière, originaires de Turquie, sont décorés d’un mihrab (niche située au fond de la mosquée indiquant la direction de La Mecque).
    Ils ont donc un sens et ne peuvent pas être placés partout.

    Les conseils et trucs

    Si votre tapis est posé sur un parquet ciré ou un sol glissant, collez sur l’envers des côtés les moins larges une étroite bande de caoutchouc.
    Si vous habitez la campagne, profitez de l’hiver pour raviver les couleurs d’un tapis : mettez le velours de celui-ci sur la neige propre, et tapez doucement avec une batte en osier.

    Les tapis brodés

    Un canevas tient lieu généralement de support : les motifs y sont brodés au point de croix. Ce sont les tapis sardes, portugais, ou… les vôtres, si vous avez de la patience.
    D’autres pays brodent au point de chaînette serré sur un tissu de toile ou de feutre. Ces tapis légers, fragiles et décoratifs gagnent parfois à être mis sur un mur. Ils viennent d’Irak, du Portugal et aussi… des métiers à broder de celles dont les doigts fourmillent d’idées.
    L’inde produit des tapis rustiques, peu coûteux, qui conviennent très bien aux chambres d’enfants. Les motifs polychromes et stylisés sont brodés sur un fond de feutre clair rarement coloré.

    Les tapis mécaniques

    Réalisés sur des métiers Jacquard, ils reproduisent aussi bien des dessins orientaux que des cartons de tapis français du XVIIIe siècle. Ils peuvent être aussi d inspiration contemporaine.
    Leur prix est considérablement réduit par rapport à celui des tapis artisanaux. Leur qualité dépend du choix des laines, de la richesse du dessin, du nombre de coloris et du pays producteur.

    Les tapis de laine

    Venus de Finlande, Suède, Scandinavie, mais aussi de Grèce, ils ont su conquérir nos intérieurs contemporains. Fouler au pied ces mèches longues et douces est un vrai plaisir.
    Celles-ci sont nouées sur un canevas au moyen d’une aiguille recourbée et, pour donner du relief, les brins peuvent être de différentes grosseurs.
    Bien des fantaisies sont possibles avec ce genre de tapis où chacun peut exercer ses talents d’artiste en faisant contraster le relief et le plat.

    Les tapis tissés

    Ils reprennent la technique ancienne des kilims. En s’inspirant de leur folklore et de leurs traditions, beaucoup de pays produisent ce genre de tapis plats.
    Certains ont des dessins très dépouillés et des tons fondus qui s’harmonisent parfaitement avec les intérieurs contemporains. Citons les tapis indiens, espagnols, ceux d’Aubusson et certains tapis polonais. Les tapis africains ont un décor géométrique même lorsqu’il est floral, mais leurs tons sont un peu vifs.

    Les tapis de fibres végétales

    En coco, paille, jonc ou sisal, ils conviennent essentiellement aux intérieurs rustiques. Ils sont là plus pour protéger le sol que pour décorer. Ils sont peu solides.

    La lirette

    Venue des pays nordiques, cette technique consiste à remplacer les fils de trame par des bandes de tissu plus ou moins larges.
    Ces tapis conviennent à un style de vie et à un intérieur décontractés. Ils sont très originaux et peuvent se laver.

    Voici une autre méthode pour faire soi même un tapis en utilisant des bandes de tissu. Confectionnez une tresse en utilisant trois ou six bandes suivant l’épaisseur que vous souhaitez donner à votre tapis et enroulez la tresse sur elle-même, à la manière de certains paillassons, en maintenant l’ensemble par quelques points. L’assemblage de tresses de différentes couleurs donne des résultats originaux.